Le Républicain

Juillet dernier 2021 :

Il y a un mois, Solène Guilhot, ASEM, sortait Les ricochets en auto-édition. Un romande 142 pages sur la résilience, les liens familiaux et l’amitié.

C’est dans le département du Finistère (Bretagne), aussi beau que mystérieux, que Solène Guilhot à choisi d’ancrer son histoire. Celle de Benjamin, « jeune trentenaire, qui rend visite à sa famille de temps à autre depuis dix ans. Un soir, il frappe chez sa sœur… Pourquoi se retour soudain? Et que cherche-t-il à fuir depuis toutes ces annnées? », résume le site internet de la Fnac. Les ricochets, premier roman de Solène, Orcéenne est sorti il y a un mois: 142 pages où sont abordés des sujets comme la résilience, les liens familiaux et l’amitié.

Les ricochets n’est pas la première oeuvre de l’auteure de 32 ans. A ses 19 ans, elle avait déja publié une nouvelle, toujours autour d’une histoire familiale et de ses secrets. « Depuis toute petite, je me suis toujours amusée à écrire des histoires, mais sans aller jusqu’au bout », se souvient celle qui avait toujours un crayon a papier à la main. Agent spécialisée des écoles maternelles à Sainte-Suzanne, Solène est en congé parental. C’est cette période, en principe dédiée au repos, qui lui a permis d’écrire. Car Solène n’aime pas rester inactive. « J’ai commencé puis arrêté à cause de ma grossesse, avant de me remettre dedans. Ce n’est pas facile, il faut vraiment en faire un petit peu tous les jours sinon on déconnecte très vite. Mais j’ai réussi. », témoigne celle qui à accouché d’une petite fille.

Si l’écriture de ce roman, publié en auto-édition s’est étalée sur deux années, Solène en a un autre en stock, dont la confection à été beaucoup plus rapide. Un seul été aura suffit pour qu’elle se livre sur un évènement pour le moment resté secret. « Le but est de dénoncer et de prévenir des risques », tease l’auteure.