L’auto-édition – n’est plus un gros mot –

Quelques précisions avant de débuter cet article :

En maison d’édition traditionnelle – c’est à dire à compte d’éditeur – tous les frais sont pour l’éditeur (corrections, couverture, presse etc…)

En maison d’édition à compte d’auteur, l’auteur paye pour le travail de l’éditeur.

En Auto-édition, l’auteur se charge de l’édition de son roman (il peut faire appel à des professionnels, bien sûr : correcteur, graphiste etc…).

Le mot auto-édition n’est plus un gros mot. En tout cas il devient moins « mal vu ». Le Graal pour un écrivain est d’être édité par de grandes maisons d’édition. Ce que j’ai espéré il y a peu… Pour au final me tourner vers l’auto-édition.

Et c’est sans regrets.

La première édition de ma nouvelle Magali a été publiée par une maison d’édition à compte d’auteur.

Grosse déception, car pas sérieuse du tout. Que l’ouvrage fonctionne ou non, l’éditeur a une grosse rémunération de base, donc il ne prend aucun risque.

J’ai compris trop tard que leur travail n’irait pas vraiment plus loin que l’impression. En débutante, je comptais vraiment sur eux, pour au final peu de communication autour de mon livre.

Toute la partie presse/com’ m’est du coup revenue.

Voilà pour ma petite expérience d’éditeurs à compte d’auteurs. Tant mieux si d’autres écrivains ont été contents par ce biais-là. Ce n’est pas mon cas.

L’année passée, j’ai envoyé quelques exemplaires de mon dernier roman, cette fois-ci à des maisons d’édition traditionnelles :

– Réponses négatives dans des courriers ou mails types.

– Une réponse assez dure, et non constructive : j’aurais aimé prendre en compte les explications, mais la critique n’avait aucun détail, elle m’a bien fait mal, c’est tout.

– Ou carrément aucune réponse.

Un éditeur m’a appelé, et sous couvert de maison d’édition traditionnelle, c’était en fait à compte d’auteur (malin). Je n’allais pas me laisser berner une seconde fois par toutes leurs promesses, qui ne correspondaient pas à ce que je souhaitais.

Les semaines passent, et après quelques calculs, je ne m’y retrouvais pas financièrement. Car, envoyer des manuscrits papier coûte cher ! Même si c’est par mail pour certaines maisons d’édition maintenant, la plupart préfère encore le papier. Et le texte au recto de la feuille ! Imaginez le nombre de page à imprimer, et le coût en timbres…

Tout à cette observation, Je me suis renseignée sur l’auto-édition, qui s’est avérée la meilleure possibilité pour sortir mon roman.

L’énergie à envoyer mon texte pouvait être mise à la place dans l’édition de mon ouvrage, par moi-même !

Si dans un premier temps c’est – un peu – la déception qui m’a encouragée dans la voie de l’auto-édition, je peux déclarer maintenant que c’est un choix de continuer à publier de cette manière.

L’auto-édition actuelle n’est plus à l’image du livre avec une couverture moche, dix milles coquilles, une mise en page inadaptée. Les écrivains auto-publiés souhaitent vendre leur livre avec sérieux.

Alors, bien-sûr, nous auteurs, devons apprendre, nous former, passer des heures dans la mise en page, se tromper, recommencer, se tromper encore (des erreurs j’en ai laissé dans mon premier roman, corrigé depuis.)

Pour terminer, je vais évoquer rapidement les revenus sur les livres

Un auteur en maison d’édition traditionnelle reçoit 10% des recettes – et souvent plus d’un an après les premières ventes -.

Un auteur auto-édité gagne entre 30% et 70% – trois mois environ après la publication –

On a beau aimer ce qu’on fait, pour vivre de son métier c’est quand-même plus intéressant, non ?

Je reviendrai dans des prochains articles afin d’approfondir certains points évoqués.

Vers quelle plate-forme je me suis tournée ? Pourquoi ? Ce qui m’a déplu avec l’édition à compte d’auteur ? Le travail que demande l’auto-édition ? Les avantages et les inconvénients ? et bien d’autres sujets…

A très vite !

2 commentaires sur “L’auto-édition – n’est plus un gros mot –”

  1. wicherek

    désolée, attention
    « on a beau AIMER ce que l’on fait »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.