L’orthographe ?!

Je viens de lire le livre « Au bonheur des fautes » de Muriel Gilbert. Son métier est correctrice, car oui heureusement que des correcteurs existent, pour l’écrivain(e), l’auteur(e), le romancier(e)…

C’est un livre plein d’humour qui se lit très facilement, une page par-ci, une page par-là.

J’ai longtemps été (et je le suis encore en fait), effrayée par le nombre de fautes que je suis capable de faire… Peut-être même en verrez-vous sur ce site, malgré toute l’attention que j’y porte. Enfin, en vérité, je demande aux autres de me relire (Vous vous reconnaitrez, je n’en doute pas). Je n’ai pas (pour l’instant…) la possibilité de faire appel à une correctrice pro.

Ce qui est dommage, du coup, c’est que je me suis limitée dans mon envie d’écrire à cause de ce boulet que je traîne depuis l’école primaire : l’orthographe.

Hé oui, j’ai été moquée et je le suis encore : des yeux ronds en face de moi quand j’égratigne un mot, un « non mais quand même ! », outré quand j’accorde mal un participe passé…

En tant qu’ASEM travaillant auprès d’enfants dans une école, j’écris le moins possible. C’est quand même bête de s’auto-censurer. Pour la petite anecdote, il m’est arrivé une fois de rendre des cahiers de texte en classe de CP avec une belle grosse faute (qu’une seule c’est déjà ça !). Mon collègue instit’ a été très sympa heureusement, mais j’imagine le visage des parents en ouvrant ledit cahier.

Soyez sûr que j’y travaille. Grâce à ma fille ainée, je compte bien revoir les règles de grammaire en même temps qu’elle apprend ses leçons. Ou même, participer à une formation (oui, ça existe les remises à niveau en orthographe !).

Tout ça pour vous dire que si vous êtes « nul(lle) » en orthographe, ne vous empêchez pas d’accomplir vos rêves, vous trouverez bien dans votre entourage des personnes qui vous corrigeront avec bienveillance.

Ne vous limitez pas à cause de cet obstacle. Vous pouvez l’enjamber !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.